Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

musees

musée des arts décoratifs suite

Publié le par virjaja



le musée des arts décoratis de Bordeaux possède une rare collection de deux cent trentes éventails des XVII°-XIX° siècle

Catherine de Médicis, en épousant  Henri II en 1533, amène de son Italie natale des éventails "plissés et pliés", les ancètres de nos éventails actuels. Au XVII°, l'usage de l'éventail s'établit dans toute l'Europe et, en 1678, le roi Louis XIV accepte la crétion d'une communauté de "maitres eventaillistes" qui obtient ainsi l'exclusivité de la fabrication des éventails.

la chambre Jonquille

lit a la polonaise estampillé de l'ébéniste Louis-Magdeleine Pluvinet, reçu maitre a Paris en 1775.

la chambre Garance

lit a la duchesse recouvert d'indienne crées par la manufacture de Bautiran, près de Bordeaux, connu sous le nom de "l'art d'aimer" ou "agréable leçon", ces impressions rouges garance a sujets buccoliques ou galant seront très rechercheées dans le Sud-ouest jusqu'à la fin du XIX°.
Dans un prochain article, vous retrouverez pratiquement le meme lit dans une maison landaise...

la salle a manger Bonie-vieillard


dans le seconde moitié du XIX°, le gout s'impose pour les choses du passé et de l'orientalisme, ce qui ce sent dans l'ambiance de la salle qui abrite la collection d'Edouard Bonie.Il a vait acquit des pièces de la manufacture Jules vieillard de Bordeaux dont :
quelques plats japonais


et deux pièces majeures, de près de 3m de haut chacune, qui ont fait remporter a M.Vieillard une médaille d'or a l'exposition universelle de 1875
la vasque a l'Africaine

et la Fontaine Persane


avant de refermer la porte de ce musée, un petit tour par le design
avec la lampe Super de Martine Bedin, crée en 1981

si vous voulez en voir plus, une visite au musée s'impose, et pour ceux qui sont trop loin, je ferais un album..
passez une belle journée
 GROS BISOUS

Voir les commentaires

musée des arts décoratifs de Bordeaux

Publié le par virjaja


nous allons donc entrer dans l'Hotel de Lalande qui renferme le musée des arts décoratifs depuis l'année 1955.
l'intérieur nous fait retrouver l'ambiance d'une maison particulière du XVIII° siècle, l'aménagement étant fait par pièces meublées, le plus souvent, par des meubles bordelais.
pour qui voudrais le visiter, l'entrée est gratuite.
la collection se composant de plus de 30 000 oeuvres, je ne vous garantie pas que je vous montrerais le plus belles...mais essayer de vous présenter les plus rares

pour commencer, une statue en biscuit du duc de Bordeaux a l'age de 7 ans, grandeur nature et réalisée par la manufacture de Sèvre en 1827.Elle mesure 1,21 m et est la plus grande réalisée en biscuit.


le salon des panoramiques, tendus d'un papier daté de 1824, qui décorait unemaison située a Quinsac, sur les bords de la Garonne, et son piano signé Pleyel, en acajou, citronnier et érable, daté de 1816

une collection de bronzes d'Antoine-Louis Barye (1769-1875) nous montrant différent animaux.

dont le merveilleux "singe chevauchant un gnou", a gauche.

le salon vert, qui renferme les boiseries de l'Hotel de Gascq, a Bordeaux, de style rocaille, assez rare dans cette ville. La couleur verte est d'origine et a été retrouvée sous les couches de peinture.
détail des boiseries et pendule Régence signée Duhart a Bordeaux, du début du XVIII°

une anti-chambre renfermant les platres des statues de la façade du Grand-Théatre de Bordeaux, crées en 1777, d'après Pierre-François Berruer

la salle a manger, avec son poele d'origine, dont la colonne représente les richesses de la ville, le vin, et le commerce avec les iles
la table était généreuse a Bordeaux, et vaiselle et orfèvrerie rafinées représentait l'ascension sociale pour un bourgeois.

en 1785, cinquante-trois maitres orfèvres sont répertoriés a Bordeaux.... théière en argent du bordelais Gabriel Mestre.
fontaine a vin au Bacchus enfant, faience de Bordeaux, VXIII°.
pour la faience, la manufacture de Hustin détient le monopole jusqu'en 1762.
les ouvriers étants souvent originaires d'autres villes telles Nevers, Montpellier, Rouen, Moustier ou Delft, et chacun travaillant "a sa façon" il n'y a pas un style bien défini pour la faience de Bordeaux....

deux merveilleux "trope l'oeil" en barbotine



allez, je vous en garde un peu pour demain!!!
on prendra le grand escalier, chef-d'oeuvre de la ferronnerie Bordelaise, et inhabituel dans cette ville, car le motif est emprunté a un ancien escalier des Tuileries....

 
passez une bonne journée. gros bisous

*les renseignement sont tirés du livre édité par le musée.

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17